Psychologue à Paris 11 - Docteur en Psychologie -
Ralph Sibony
Ralph Sibony
Psychologue à Paris 11
- Docteur en Psychologie -

Pourquoi certaines personnes attirent toujours les pervers narcissiques ?

Pervers narcissique

Les personnes qui attirent les pervers narcissiques sont des personnes dites gentilles. Autrement dit des personnes qui sont prêtent à prendre sur elles-mêmes, à céder aux autres, à faire des efforts pour les autres et cela - et c’est exactement cela qui attire l’attention des pervers narcissiques - sans contre partie. C’est cette gratuité qui signal au pervers narcissique qu’il peut engager une partie dans laquelle il peut demander sans donner. Ce signe de déséquilibre lui souffle à l’oreille que peut être que sa future victime ne sait pas se défendre. Le champ est alors ouvert pour qu’il puisse déployer sa cruauté et sa malignité.

Probablement que ce qui attire le plus le pervers narcissique chez une personne c’est son incapacité à dire non. L’incapacité à dire non, autrement dit à défendre son territoire, indique une difficulté à préserver son champ narcissique, les contours de son espace psychique dans la mesure où ces contours témoigne d’une construction narcissique positive au service de la personne.

Le pervers narcissique profite de l’incapacité à dire non de sa « victime » pour assoir une emprise progressive jusqu’à englober sa victime par et dans  son narcissisme. Une preuve en est que quand la victime proteste lors de ce processus de conquête, le pervers narcissique réagit comme s’il subissait un préjudice narcissique, une blessure narcissique énorme à laquelle il réagit très violemment. Tout ce passe comme si la rencontre entre le pervers narcissique et sa victime était une confrontation entre deux narcissismes. 

Si la force derrière l’emprise, la domination du pervers narcissique de sa victime est son narcissisme, l’outil qui permet cette emprise est la perversion. La manière dont l’emprise se fait est tordue, détournée : ce n’est pas une déclaration de guerre ni une déclaration d’intention.

Rien n’est clairement ni ouvertement dit. Le pervers narcissique emploi des déviations subtiles : il se fait passer pour un soutien en cas de besoin, en séducteur si sa victime est sensible à la séduction, à un semblant de faiblesse si sa victime est sensible à la faiblesse. Cela dans le but d'entamer une relation privilégiée avec la victime pour ensuite assoir son emprise. C’est là la perversion : au lieu d’utiliser des moyens directes et transparents il passe par des détours : il fait croire que. 

Autre chose qui attire le pervers narcissique est le besoin de sa victime d’une relation forte, qu’il qualifie parfois de « profonde », et une certaine propension à ce que l’on appelle communément « une dépendance affective ».

La recherche d’une relation forte, pourquoi ne pas dire fusionnelle est une porte d’entrée que le pervers narcissique se fait une joie d’ouvrir. S’il découvre une certaine dépendance affective chez sa victime il peut d’autant plus facilement parachever, « boucler » son début d’emprise pour ensuite l’approfondir.

La perversion narcissique, tout comme la perversion tout court, se développe au cours de la maturation d’un individu. Quand cette maturation se fait mal, qu’elle est lacunaire, la possibilité d’une perversion émerge.

Le pervers narcissique agit en fonction de ces lacunes dans son processus de maturation. S’il avait mûri, s’il était devenu une personne mature il n’aurait pas besoin de dominer et de détruire sa victime. Ainsi le pervers narcissique est d’autant plus sensible aux faiblesses de sa future victime, faiblesses à travers lesquelles il va s’introduire dans la vie de sa victime pour en prendre possession.


Articles similaires