Ralph Sibony
Psychologue à Paris 11
- Docteur en Psychologie -

Dans la thérapie d’enfant, le psychologue utilise parfois le jeu comme support. En jouant avec l’enfant le psychologue l’invite à déployer différents situations venant de sa propre imagination. Ainsi le psychologue tente de redonner à l’enfant différents choix possibles.

Pour Héraclite : « le temps est un enfant qui joue, qui joue à déplacer les pièces de son jeu…à l’enfant la souveraineté ». 

N’y a-t-il pas de l’intérêt pour le psychologue à s’adresser aux enfants avec l’enfant qui est en lui, qui lui permet de jouer, de se jouer des obstacle, d’avoir du jeu pour mieux faire face aux difficultés de la réalité ?

Il y a un parallélisme entre l’enfant et le jeu : dans les deux un processus s’ouvre vers du « possible ». L’enfant est un sujet en développement ; un développement plein de possibles et parfois de promesses. Mais ce développement implique d’évoluer selon des règles. Au psychologue d’accompagner le développement de l’enfant en l’aidant à se libérer des contraintes névrotiques et à l’aider à  adopter ces règles, les règles de la vie. Règles que l’enfant apprend à la maison à l’école et en société. A travers le jeu ou beaucoup de choses sont possibles, le psychologue rend l’enfant sensible au règles, parfois même à l’existence de règles, pour lui permettre de mieux avancer dans la vie.

L’enfance est  sans doute la meilleure forme de résistance humaine à la clôture et à l’enfermement : il n’y qu’à observer le jeu des enfants pour voir à quelle point leur imagination est développée. L’enfant ne perd pas de temps  souvent il réagit rapidement à l’éveil de son imagination, et au psychologue de faire les liens nécessaires entre cet éveil et les règles du jeu ainsi que les règles de la vie. 

Une des caractéristiques du jeu de l’enfant est qui’l semble pouvoir ne pas s’arrêter. Il peut durer longtemps. Quad il se poursuit d’une consultation à une autre il met en scène des problématiques que que le psychologue peut repérer au fur et à mesure de l’évolution de la thérapie. L’évolution du jeu contribue à la résolution des problématiques par le jeu..

Le jeu pour l’enfant est une dimension d’altérité à laquelle il est étroitement associé. Par son imagination, sa parole, ses actes il entre et ressort dans son imagination pour y puiser de la matière à jouer. Le psychologue représente en partie cette dimension d’altérité quand il joue avec l’enfant. Il peut associer son imagination à celle de l’enfant pour « corriger » des égarement, ou des « erreurs » dont l’enfant fait preuve. Par exemple : taper. Le psychologue voyant un enfant taper un poupée peut jouer au parent de cette poupée pour dire à l’enfant qu’il est mal de taper.

L’imagination, celle de l’enfant associée celle du psychologue, est capable d’ouvrir à l’enfant un champs de possibilités y compris le révéler lui-même à ses dons (tel enfant, doué pour tel jeu, peut se trouver « doué » : doué pour la musique, pour une matière d’étude. Ce don de l’enfant peut, par la suite, être développé et devenir pour lui source d’épanouissement.